• Les Savanturiers

    Un projet mené avec mes 5è Segpa en sciences depuis 3 ans.

    Explorer, partager, s’engager pour l’éducation

    Savanturiers – École de la Recherche, un programme éducatif qui promeut l’éducation par la recherche

    Les Savanturiers

     J'ai engagé ma classe de 5ème SEGPA dans un projet SAVANTURIERS

     Le but est de réaliser une recherche sur le thème du vivant. Les élèves tenteront de reproduire la démarche d’un chercheur. Nous développerons ce projet toute l’année avec l’aide d'un chercheur en biologie à l’Université de Bourgogne.

    L’objectif est de développer la curiosité des élèves, leur sens de la coopération ainsi que leur esprit critique.

    Pour plus d’informations sur les projets savanturiers : 

    https://les-savanturiers.cri-paris.org/a-propos/presentation/

    Les Savanturiers

    Savanturiers 2020-2021

  • Savanturiers 2020-2021

     

    Première rencontre avec notre chercheur 

    Savanturiers 2020-2021  Première rencontre avec notre chercheur : mardi 6 octobreSavanturiers 2020-2021  Première rencontre avec notre chercheur : mardi 6 octobreSavanturiers 2020-2021  Première rencontre avec notre chercheur : mardi 6 octobre

    Le mardi 6 octobre, nous avons reçu la visite d’un chercheur en biologie de l’université de Bourgogne : Paul A.

    Nous avions prévu d’observer la mare du collège Jean Rostand pour savoir quels animaux on pouvait y trouver.

    En effet, notre professeur nous avait parlé de cette mare qui avait été imaginé par des élèves et construite en 2007 et nous voulions voir ce qu’il y avait dedans.

    Pour préparer cette partie de pêche, nous devions d’abord dessiner la mare comme on l’imaginait avant de la voir, écrire ce qu’on pensait voir comme animaux et végétaux…

    Puis nous avons réfléchi aux questions que l’on voulait poser au chercheur.

    Enfin nous devions nous répartir les tâches pour la partie de pêche et chacun devait se positionner sur une mission.

    Juste avant de sortir pour observer la mare, il nous a expliqué qu’il n’y aurait peut-être pas beaucoup d’animaux et il s’est présenté à nous.

     

    Il nous a apporté du matériel : des épuisettes, des troubleaux, des seaux et des bottes.

    Nous nous sommes changés et sommes allés à la mare.

     

    Ce que nous avons observé : un insecte à 6 pattes (sorte d’araignée d’eau) et plusieurs escargots d’eau de couleur noire amassés dans un coin de la mare au fond. Des feuilles en décomposition au fond de l’eau

    Ce qui nous a surpris : il n’y avait pas beaucoup d’insectes et il n’y avait pas de poissons ni de grenouilles. Il y avait des petits déchets et des feuilles en décomposition au fond de l’eau qui consomment beaucoup de dioxygène nous a dit Paul. Il nous a conseillé de nettoyer la mare régulièrement.

    Ce que nous avons aimé : il y avait des beaux végétaux, on a aimé pêcher les escargots d’eau et voir l’insecte à 6 pattes, on a adoré voir les gouttes d’eau sur les végétaux, on a aimé que des professeurs et les chefs soient venus nous voir.

     

    Après la partie de pêche, nous sommes revenus en classe pour échanger avec notre chercheur et faire le point sur nos observations et nos questions

    Nos souhaits : mettre des poissons, nettoyer la mare (comme nous a conseillé Paul), rendre la mare plus belle avec une jolie déco, faire vivre des insectes.

    Nos questions : comment faire rentrer des poissons dans la mare ? Ce qui est adapté pour la vie de nos poissons ? Quelles sont les conditions nécessaires pour que les insectes, poissons et grenouilles puissent y vivre ?

    Maintenant il va falloir que nous fassions des recherches pour répondre à nos questions et prendre contact avec « Réseau mares » de Bourgogne comme nous a conseillé Paul notre chercheur.

    Il nous a également invité mardi 3 novembre à venir voir son laboratoire à la Faculté de sciences. Il pêchera des « animaux » dans l’Ouche la veille et nous pourrons les observer avec du vrai matériel de scientifique !

    Nous le remercions chaleureusement pour nous avoir accompagnés pour cette partie de pêche et ses nombreux conseils.

    La classe de 5è SEGPA

     

    Travail préparatoire avant notre rencontre avec Paul

     

    Qu'est-ce qu'une mare ? Nos représentations initiales

    Télécharger « projet-savanturiers-mare-eleves.pdf »

    Les questions que l'on souhaite lui poser:

    Télécharger « questions-a-poser-au-chercheur.pdf »

    Et la préparation de la partie de pêche

    Télécharger « La-partie-de-peche-missions-eleves.pdf »

     


    votre commentaire
  • Après avoir rencontré notre chercheur, nous devons entamer une phase de recherche documentaire répondant à notre problématique:

    "Comment restaurer une biodiversité dans la mare de notre collège ?"

    Télécharger « doc-eleve-recherche-doc-et-questions.pdf »


    votre commentaire
  • Malgré la pandémie et les restrictions qui nous ont empêchées de rencontrer Paul à l’université de Bourgogne dans son laboratoire, le travail sur la mare continue !

    Après une longue recherche documentaire avec les 5è SEGPA et une rencontre avec des élèves de 4è du champ ERE encadré par ma collègue PLP, voilà où nous en sommes :

    1) Il faudra acheter des plantes pour aménager notre mare

    Plantes de rive, Plantes sous l’eau immergées, Plantes flottantes, plantes oxygénantes. Plutôt de petites tailles (de 5 à 15 euros la plante)

    2) Il faudra schématiser l’aménagement de notre mare sous forme de dessin

    Le professeur du champ ERE travaillera avec les 4è sur ce dessin puis ils viendront proposer aux 5è leurs productions. Les 5è choisiront celui qui leur plait le plus et qui répondra le plus fidèlement à notre cahier des charges.

    3) Il faudrait installer un récupérateur d’eau de pluie

    Suite à nos recherches, nous avons constaté qu’il était préférable d’utiliser l’eau de pluie ou l’eau d’un puits pour irriguer notre mare car l’eau du robinet est coûteuse et chlorée.

    4) Rdv avec le chef d’établissement 

    Il faudra que l’on prenne rdv avec notre chef d’établissement pour lui montrer notre dessin de l’aménagement de la mare

    5) Organiser un tutorat 4è/5è sur 3 mercredis matins : invitation de notre chercheur Paul s’il est disponible

    Après les vacances de printemps, 3 mercredis matins seront dédiés à l’aménagement de la mare

    • Construction d’un hôtel à insectes : 8 élèves de 5è avec 8 élèves de 4è
    • Plantation (avril mai) selon le dessin validé : 8 élèves de 5è avec 8 élèves de 4è
    • Prise de photos et point global tous ensemble : 5è et 4è

    Je profite de ce message pour remercier chaleureusement Paul qui est toujours disponible pour communiquer avec nous et répondre à nos questions ainsi que le professeur ERE et les élèves de 4è qui nous sont indispensables pour mener à terme ce projet.


    votre commentaire
  • Le projet a démarré avec le visionnage d’un reportage de France 3 Bourgogne datant de septembre 2018. Le sujet concerne la sécheresse extrême survenue dans notre région cet été. Les élèves ont pu écouter les interviews d’un éleveur bourguignon, d’un maraîcher, d’un responsable espaces verts. Ils témoignent des conséquences de cette sécheresse sur leur métier.  

    A la fin  du reportage, les climatologues de l’Université de Bourgogne nous donnent des perspectives sur le climat en 2050. A l’issue de cette vidéo, les professeurs ont pu recueillir les nombreuses questions des élèves. En voici  quelques exemples:

    Questions de la 5°Segpa

    Si l’herbe est sèche, comment les vaches feront du lait ? (Damien)

    Quels changements dans notre consommation ? (Clara)

    Pourquoi il ne pleut plus ? (Hanane)

    Le jeudi 17 janvier, nous avons reçu la visite d’un chercheur en climatologie de l’université de Bourgogne : Pascal R.

    Nous avons pu lui poser nos questions sur le climat, sur le métier de chercheur et sur le climat futur en 2050.

    Il nous a expliqué qu’en 2050 il devrait faire plus chaud et que c’est le météorologue qui peut expliquer pourquoi il a fait plus chaud cet été mais pas le climatologue.

    Nous avons compris qu’avec la grande sécheresse et la forte chaleur de cet été, les maisons avaient fissuré, que les récoltes avaient été perdues et le niveau des rivières avaient beaucoup baissé.

    A la fin de la séance, nous devions réfléchir à cette question :

    comment mesurer la température dehors ?

     

    Le vendredi 25 janvier, nous avons reçu à nouveau la visite de deux chercheurs en climatologie: Pascal R. et Mario R.

    Avant notre rencontre, nous avions préparé des idées de réponse avec des dessins à la question : comment mesurer la température dehors ?

    Nous avons pu présenter nos idées aux chercheurs.

    Grâce à eux, nous avons compris que nous devions placer la sonde en hauteur (1,30m environ), à l’ombre, dans un abri avec des trous et de couleur blanche.

    Ce que nous avons le plus apprécié, c’est l’expérience Albédo avec des plaques blanche et noire, la personnalité de Mario le chercheur.

    Ce qui nous a le plus surpris, c’est que le Soleil est plus proche de la Terre en hiver qu’en été, que l’on peut mesurer l’éclairement à différents endroits avec un luxmètre.

    Nous devons maintenant réfléchir où nous allons placer la sonde.

     

    Sa pose au collège aura lieu le vendredi 8 mars à 9h30.

             

     

    Le vendredi 8 mars 2019, nous avons posé la sonde de température au collège avec la classe de 5°3.

    Nous avons choisi de poser la sonde avec son abri de couleur blanche vers le bâtiment E près du potager  car à cet endroit c’est dégagé, c’est sécurisé.

    Nous pourrons recevoir les mesures grâce à une application Hobo qui sera installée sur notre téléphone.

    Grâce à ces mesures, nous pourrons travailler sur le climat à Quetigny.

    En mathématiques, nous ferons des moyennes, des statistiques.

    Nous essayerons de répondre à une problématique concernant le climat à Quetigny.

    Ce que nous avons le plus apprécié, c’est d’avoir posé la sonde avec les chercheurs. Nous étions contents qu’ils soient venus. Mario est drôle et Pascal est gentil.

    Ce qui nous a le plus surpris, c’est que la sonde soit si vite installée et qu’on puisse recevoir la température en bluetooth.

     

    Nous avons hâte maintenant de recevoir les mesures de température du collège Jean Rostand!

     


     

    I) Transformons-nous en chercheur !

     

    Pour la pose de la sonde, les chercheurs nous ont expliqué qu’il était important qu’elle soit :

              Dans un abri pour éviter la pluie et le vent

              Un abri de couleur blanche : pour que les rayons du soleil ne soient pas transformés en chaleur

              A une hauteur de 2m environ pour éviter de mesurer la température du sol qui est plus élevée.

    Nous avons donc décidé de vérifier ces recommandations en faisant nos propres expériences à la manière d’un chercheur.

              Question

              Hypothèses

              Expériences

              Résultats, analyse

              Conclusion

    Expériences : mesures de température

    vendredi 15 février à 14h45-15h

    Température officielle donnée par une application météo : Quetigny 12°C (ensoleillé) à 15h

    On nous a dit qu’il ferait plus chaud si :

    Donc il faudrait :

    1    1) Le thermomètre était au sol : 12,4°C

    1) le placer en hauteur : 12,6°C

    2    2)  Le thermomètre était en plein soleil : 22,6°C

    2) le placer à l’ombre : 8,7°C

    3    3) Le thermomètre était à côté d’une fenêtre : 28,7°C

    3) ne pas le coller à une habitation : 27,8°C

    4    4) Si  notre abri était noir : 23,4°C

    4) mettre un abri blanc : 23,9°C

    5    5) Si notre abri n’avait pas de trous : 24,7°C

    5) mettre un abri à trous : 22,2°C

    6    6) S’il était par terre dans une boîte fermée : 28,5°C

    6) par terre sans boîte : 24,5°C

    Groupe 1 (Q°1, 6): Mistura, Kylian, Nolan et Sébastien

    Groupe 2 (Q°3, 5) : Mathilde, Clara, Baran

    Groupe 3 (Q°2, 1) : Adrien,  Hanane et Flavie

     

    Pourquoi certains résultats ne confirment-ils pas nos hypothèses ?

    Analyse des résultats:

    1    1) Le thermomètre était au sol : 12,4°C

    1) le placer en hauteur : 12,6°C

    Pourquoi ce n’est pas confirmé ?

    Le thermomètre planté au sol était à l’ombre alors que celui sur l’arbre était plus au soleil. Il aurait fallu le placer en hauteur à l’ombre

     

    1    4)   Si  notre abri était noir : 23,4°C

     

    4) mettre un abri blanc :

    23,9°C

    Pourquoi ce n’est pas confirmé ?

     

    Notre abri noir avait des trous plus larges que notre abri blanc. L’air a plus véhiculé à l’intérieur. Il aurait fallu deux abris identiques avec les mêmes trous mais de couleurs différentes.

     

    II) Recherchons ensuite des informations

    Un chercheur est d’abord une personne qui lit beaucoup, se documente. Certaines des questions qu’ils se posent ont déjà des réponses ou ont été testées par d’autres chercheurs. Nous avons décidé de nous documenter à notre tour. En voici un exemple…

                                                           Fiches du chercheur 3

    Questions des élèves à partir du reportage de France3 :

    Pourquoi il ne pleut plus ? (Hanane, Baran)

    Est-ce qu’on consomme trop d’eau ? (Killian)

    Quels changements dans notre consommation ? (Clara)

    Pourquoi on ne peut pas remplir une piscine ? (Kylian)

    Pourquoi on ne doit pas arroser les plantes ? (Kylian)

    Restera-t-il de l’eau plus tard ? (Killian)

    Mon cahier du chercheur

    Date

    Recherche documentaire et protocole de recherche

    21 mai

    Les ressources en eau et la consommation

     

    Recherche documentaire :

    Les conséquences de la sécheresse, le cycle de l’eau, les eaux souterraines, quelques gestes pour préserver l’environnement, les ressources en eau dans le monde.

    Hypothèse : mes idées

    On n’arrose pas les plantes en période de canicule car cela consomme trop d’eau. Elles vont mourir. Si on arrose à 14h, c’est là que le soleil tape le plus et l’eau va pas aller jusqu’à la racine. Avec la chaleur l’eau s’évapore donc il faut arroser le soir.

    Mon protocole de recherche

    Recherche documentaire : lecture et sélection d’informations

    Résultat : ce que j’ai lu

    Pas assez d’eau pour les agriculteurs : le niveau des rivières et des nappes phréatiques est bas. Ce sont les nappes qui se trouvent le plus près de la surface du sol. Ce sont les eaux infiltrées qui s’accumulent sous la terre et forment des réservoirs. 

    Ne pas laisser l’eau couler inutilement pendant qu’on se lave les dents ou la vaisselle. Prendre des douches plutôt que des bains.

    Les ressources en eau dans le monde sont inégales

    Beaucoup d’eau et eau suffisante: Canada, Brésil…

    Peu d’eau renouvelable : France

    Très peu d’eau renouvelable : Algérie

    Conclusion

    L’eau est une ressource inégalement répartie dans le monde. En période de sécheresse, le niveau des nappes phréatiques est bas et nous devons alors faire attention à notre consommation.

    Pour préserver l’environnement, je peux arrêter l’eau quand je me brosse les dents et prendre une douche plutôt qu’un bain.

     

    III) Exploitation des données de la sonde Hobo

    Exploitation des données recueillies pour le mois d’avril

    Lors d’une séance en co-intervention avec ma collègue, professeur de

    mathématiques, les élèves ont pu construire en salle informatique les

    graphiques à partir des données transmises par la sonde. 

    Pascal et Mario, nos deux chercheurs climatologues,

    reviendront nous voir jeudi 6 juin pour nous aider à lire, analyser ces résultats.

    Nous les comparerons à d’autres moyennes recueillies il y a dix ans.

    Nous espérons pouvoir répondre à notre problématique initiale :

    « Y a-t-il un réchauffement climatique à Quetigny ? »

    Relevés de température et d’humidité : journée du 15 avril

    Savanturiers 2018-2019

     

            Relevés de température pour le mois d’avril

    Savanturiers 2018-2019 

     

     

     

     

     

     

     IV) Dernière visite de nos chercheurs

     

    Pascal et Mario sont venus nous voir jeudi 6 juin pour décrire et analyser nos graphiques. Ils ont apporté un graphique supplémentaire représentant les données de Longvic et celles de Quetigny pour le mois d’avril 2019. L’objectif était de les comparer. Il fallait ensuite essayer d’expliquer pourquoi on pouvait observer des similitudes ou des différences. 

     

    Avec les graphiques, nous avons constaté qu’il y avait une différence au niveau des températures : +0,5°C à Quetigny

     

    Nous devons ensuite identifier où se trouve la sonde de Longvic pour pouvoir commencer notre analyse : sur le terrain militaire (peu d’habitations, espace vert) ancienne BA102

     

    Grâce à leur intervention, nous avons compris que :

     

    1) Il fait tout le temps plus chaud à Quetigny l’après-midi. Il fait tout le temps plus froid à Longvic la nuit.

    2) A Quetigny la cour est noire donc elle absorbe la chaleur et la restitue la nuit. Notre sonde est placée à côté des habitations (elles bloquent l’air, absorbent la chaleur et restituent la chaleur la nuit en se refroidissant)

    3) La température baisse doucement la nuit => Absorption de la chaleur par les murs. La nuit c’est les bâtiments qui vont restituer la chaleur à l’air donc la température descend doucement.

    4) Quand il y a une canicule, mieux vaut être à la campagne qu’à Dijon ville ou Quetigny car il y a beaucoup d’habitations.

     

    Et alors, peut-on parler de réchauffement climatique à Quetigny ?

    On peut parler de réchauffement climatique si pendant plusieurs années (30 ans-50 ans) nous constatons que les températures sont au-dessus de la moyenne sur un grand espace. Avec nos mesures nous ne pouvons donc pas le dire.

     

    Climat : Grande échelle et grande période de temps 

     

    Météo : Petite surface / petit temps

     

     

    MERCI AUX CHERCHEURS : PASCAL ET MARIO !

    Adrien : « Ce projet est bien mais Google dit déjà la météo. Mais ça fait

    plaisir de découvrir autre chose que Google. »

    Romain : « Grâce aux chercheurs nous avons appris plein de choses.

    Nous avons posé la sonde. Merci d’être venus. »

    Flavie : « Mario et Pascal, merci d’avoir pris le temps

    de tout nous expliquer. »

    Damien : « J’ai bien aimé le projet sauf que j’ai pas tout retenu. »

    Baran : « C’était une super belle rencontre avec Mario et Pascal.

    C’était intéressant de regarder les températures. On a bien installé

    la sonde car elle était bien connectée bluetooth et on avait accès à

    l’application. Elle marche super bien. »

    Hanane : « Mario et Pascal c’était un plaisir de vous rencontrer car

    on s’est bien amusés et on a bien travaillé avec vous. Merci. »

    Nolan : « Merci de nous avoir appris le réchauffement climatique.

    Merci et bon courage. La sonde est bien, elle nous montre la température

    et l’humidité et nous lui avons donné un prénom la Savanturière. »

    Mistura : « Merci d’être venus à notre collège et aussi d’avoir

    répondu à nos questions. »

    Killian : « Merci d’être venus nous parler du climat. J’espère vous

    revoir très vite. J’ai bien aimé les expériences. C’est bien parce que

    les autres 5è l’année prochaine vont prendre notre place et ils verront

    les températures et tout… Ils pourront comparer. »


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique